Les défis sont nombreux pour 2018 et tout azimut. Nous avons échoué dans la confirmation de notre appartenance à la CIPAV (notre caisse de retraite) cependant nous avons encore une chance d’y parvenir d’ici la fin de l’année.

Pour cela il nous faut être dans une branche professionnelle et l’UNAPL devrait créer cette branche ou deux branches, l’une pour les professions réglementées, l’autre pour les professions non réglementées ce qui est notre cas.

Nous nous battons maintenant pour être dans celle des réglementées, ce qui est différent qu’être conventionné par la Sécurité Sociale, mais veut dire être dans un cadre juridique précis pour les professionnels qui exclura tous ceux qui n’auront pas les formations requises. Des rendez-vous s’organisent avec le ministère du travail (DGT) où notre auto-régularisation de la profession joue en notre faveur.

La légalisation ou reconnaissance de nos formations est un dossier brûlant qui se heurte à deux lobbyings, celui du monde médical et celui des psychologues qui voient dans la légalisation de notre profession un danger pour leur pratique, ce qui est totalement aberrant mais l’on change moins facilement les mentalités que l’on change les pratiques.

La Fédération des Professionnels des Thérapies de Santé Complémentaires est enfin créée. Pour l’instant elle regroupe sur un plan politique les Chiropracteurs, les Sophrologues et les Hypnothérapeutes. Elle pourra agir en lieu et place de nos professions lorsque nos intérêts communs seront en cause. Elle est cette année sous la présidence des Hypnothérapeutes.

Tous ces fronts sont liés entre eux et fonctionnent comme des dominos à nous de veiller à ce qu’aucun d’entre eux ne tombe et que nous restions toujours dans cette dynamique.

Vous pouvez compter sur notre énergie, notre engagement à tous, que ce soit sur le plan local ou national nous nous battons pour que notre profession obtienne sa place au même titre que n’importe quelle profession libérale.

Charlotte de Bouteiller,
Présidente