Dans son rapport du 5 mars 2013, l’Académie Nationale de Médecine a reconnu l’acupuncture, la médecine manuelle (ostéopathie et chiropraxie), l’hypnose et le tai-chi comme Thérapies Complémentaires (ThC)*.

En conséquence, et pour être éligibles dans une branche Santé, les chiroprateurs, sophrologues et hypnothérapeutes, par ailleurs constitués en syndicats, ont décidé de créer une organisation professionnelle commune : la « Fédération des Professionnels des Thérapies de Santé Complémentaires » (FPTSC).

Dans ce contexte, le SNH rappelle qu’il est membre du GETCOP qui œuvre pour l’évaluation des Thérapies Complémentaires et Pratiques Innovantes (TCP), sous l’égide du Pr Laurent Degos, ancien président de la Haute Autorité de Santé.

La future FPTSC, qui devrait être pleinement opérationnelle à la rentrée, se fixe pour objectif de répondre au mieux aux exigences de représentativité syndicale (effectifs, implantations territoriales, indépendance, influence, professionnalisation et moralité) pour :

– Promouvoir les techniques et thérapies complémentaires, secteur relativement neuf, constitué de nouveaux métiers, créateurs d’emplois, dont les praticiens entendent se distinguer de nombreux intervenants sans qualification professionnelle et/ou sans éthique.

– Porter une démarche d’excellence ouvrant la voie de la recherche, encore embryonnaire en France.

– Optimiser et mutualiser les moyens de représentation et de défense de l’ensemble des professionnels libéraux du secteur, y compris en se mettant en situation de constituer à terme une « branche professionnelle » pour faire vivre le dialogue social.

* « Un choix arbitraire mais réfléchi nous a conduit à ne retenir pour ce travail que quatre techniques : l’acupuncture, la médecine manuelle (ostéopathie et chiropraxie), l’hypnose et le tai-chi ; elles sont à la fois les plus riches en publications indexées et celles que privilégie l’AP-HP. »